Introductions

Introductions d'animaux, les règles et les risques : Comment agir ?

 

Tout achat, prêt, mise en pension d'un animal est considéré comme une introduction.

De même, le passage d'un animal en copropriété d'un élevage à l'autre est considéré comme une introduction.

 

  Quels risques sont les risques lors de l'introduction ?

Quelle que soit la cause de l’entrée et l’âge de l’animal, une introduction représente un risque majeur de contamination, car le microbisme de votre cheptel est différent de celui de l’animal introduit.

Quelles pathologies peuvent arriver ?

  • La BVD
  • La paratuberculose
  • Les pathologies respiratoires (RSV, Pasteurelles)
  • Les coccidioses ou agents de diarrhées néonatales (virus ou cryptosporidies)
  • Divers agents abortifs ( Néospora, Chlamydia, Coxiella, Brucella…..)

Ces maladies sont toutes contagieuses, et créent toutes des symptômes graves ou mortels.

Elles pourront se développer si vous ne prenez pas de précautions lors des introductions !

 

  Comment procéder pour être sûr de ne pas se tromper ?

Il y a cinq étapes à respecter.

Vérifier avec le vendeur que le passeport et la carte verte du bovin :

  • correspondent bien au bovin concerné
  • sont conformes et complets : non raturés, présence d’un N° de cheptel naisseur
  • comportent des garanties sanitaires (varron, IBR...)
  • Signer avec le vendeur un billet de garantie conventionnelle, et prévoir avec lui les conditions de reprise de l’animal (BVD, paratuberculose…)
  • Vérifier que la carte verte est bien remplie par le vendeur (signature vendeur, date de départ notée), et relever en la consignant sur le bon de livraison, ou sur un papier libre signé par le « livreur » toute anomalie observée sur le bovin ( boîterie…)
  • Placer l’animal en quarantaine (toutes les autres précautions ne sont utiles que si celle-ci est assurée)
  • Notifier cette entrée au GDS ou à l’EDE avant 7 jours
  • Prévenir le vétérinaire sanitaire (avant 10 jours)

Il faut réfléchir avec lui sur les contrôles à effectuer en plus des contrôles obligatoires.

Il faudra par ailleurs, lui donner la carte verte remplie.

  • S’ils sont favorables : l’animal peut entrer effectivement dans le cheptel
  • En cas de résultats défavorables
L’IBR est un vice rédhibitoire donc la reprise de l’animal est obligatoire. 
Au contraire, pour la BVD, la paratuberculose…, un billet de garantie conventionnelle doit être signé pour assurer la reprise de l’animal, car ce ne sont pas des vices rédhibitoires. 



  Les règles des contrôles à l'introduction

  Dérogations à l'IBR : dans quels cas ?

  • Bovins introduits en cheptel d’engraissement dérogataire (carte jaune)
  • Bovins vaccinés avec une vaccination certifiée par le vétérinaire
  • Bovins provenant d’un cheptel sous appellation A, sur demande de l’éleveur acquéreur et à condition que le transport soit direct entre les 2 élevages.

  Quelques analyses en plus conseillées

 

  La quarantaine, qu'est ce que c'est ?

C’est un temps d’isolement obligatoire de quelques jours (<40 jours !) pendant lequel : 

  • l’animal va s’adapter à son nouvel environnement (bâtiments, alimentation)
  • l’éleveur va l’observer soigneusement, pour voir si l’animal est malade, s’il mange…

L’éleveur pourra aussi en profiter pour lui apporter des mesures de prévention utiles avant de le réintégrer au troupeau : vermifugation, vaccination…

Cette mesure est obligatoire depuis longtemps, ne l’oublions pas, car elle constitue l’un des seuls remparts efficaces contre une éventuelle contamination du cheptel.

Malgré des prises de sang désormais possibles chez l’éleveur vendeur, en ce qui concerne des maladies bien définies, (pour l’IBR, dans les 15 jours avant la livraison), la « quarantaine » reste une précaution sanitaire essentielle lors d’introduction.

Remarque : L’isolement peut parfois être partiel, dans le cas d’un animal trop stressé, inquiet ou agressif ; il est conseillé alors de le mettre en compagnie d’un seul congénère, connu, lui, pour son calme. Le risque est alors restreint.