Actualités

Le retour de la pluie... et des parasites !

En effet, le manque d’herbe oblige les animaux à pâturer très ras. Or avec le retour de la pluie et de l’humidité, les repousses, proches du sol, plus qu’appétantes après l’herbe sèche, peuvent être chargées de larves de parasites. Le risque d’infestation parasitaire est donc plus élevé. Contrôler les niveaux d’infestation du troupeau par des coprologies avant de poursuivre la saison peut permettre de démarrer l’automne et la saison hivernale sereinement en limitant les pertes de production ainsi que les retards de croissance chez les jeunes.

Au-delà des traitements antiparasitaires, des moyens de prévention de ces infestations peuvent être mis en place. Par exemple :

  • La stabilisation des abords de points d’eau: permet d’éviter l’apparition de boue, due à un sur-piétinement des animaux et donc la création de milieux favorisants le développement de parasites ;
  • La rotation des parcelles de pâturage: un des intérêts du pâturage tournant sur des paddocks prévus pour 2 à 3 repas est la réduction de la charge parasitaire ;
  • L’alternance fauche-pâture;
  • Le pâturage alterné avec d’autres espèces comme avec les bovins et les chevaux : les larves ingérées par les chevaux sont autant de larves en moins pour les vaches et inversement, en plus de mieux nettoyer les parcelles avec une consommation des refus des vaches par les chevaux.

La prévention n’est pas à négliger. En effet, depuis quelques années des formes de résistances aux anthelminthiques (anti parasitaires internes) sont observées. Il est donc primordial de raisonner leur utilisation en se tournant vers des solutions alternatives et préventives quand cela est possible, et n’utiliser le curatif qu’en cas d’urgence. Le contrôle des niveaux d’infestation, qui permet de connaître le/les parasites à traiter ainsi que le niveau d’infestation, est une indication indispensable permettant d’intervenir quand cela est nécessaire et avec le produit le plus efficace.

Rapprochez-vous de votre vétérinaire pour plus d’informations sur les analyses à réaliser et les traitements appropriés.

Des formations sur le parasitisme en élevage vous serons proposées par le GDS, n’hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements !